What the Duck 20 – Juin 2016

DOSSIER : retour sur l’E3 – FEEDBACK : Firewatch par Vlad – QUIZZ : des jeux dans les jeux par Red – SUJET : Réflexion fugace sur l’avenir d’un défunt par Gépé – TOP 2 : Les jeux mal aimés qu’on a quand même apprécié – What Else
DOSSIER : retour sur l’E3
FEEDBACK : Firewatch (par Vlad)
QUIZZ : des jeux dans les jeux (par Red)
SUJET : réflexion fugace sur l’avenir d’un défunt (par Gépé)
TOP 2 : les jeux mal aimés qu’on a quand même apprécié
What else

7 commentaires à propos de “What the Duck 20 – Juin 2016

  1. Ah, les jeux qu’on a aimé et que les autres n’ont pas aimé. Cela peut aussi marcher dans l’autre sens d’ailleurs.
    Moi j’ai adoré SOS Final Escape sur PS2, buggé à mort et souvent mal noté, j’ai adoré l’histoire de fond. J’attends avec impatience le 4 qui devait sortir en 2011 sur PS3 peu de temps après le tremblement de terre tsunami au Japon, mais qui a été annulé. Normalement il devrait voir le jour sur PS4 du coup.
    J’ai aussi beaucoup aimé Stacking, un jeu du PSN sur PS3, très bien foutu, drôle et original qui n’a reçu que trop de mépris.
    Dans la situation inverse, des jeux plébiscités que je n’aime pas du tout, je peux citer pèle-mêle, Bioshock, Dishonored, MGS 2, 3, 4 et 5 comme ça, juste pour dire!
    Voilou, merci pour ce podcast et j’espère que vous allez trouver qqu’un bientôt parce que c’est chaud de continuer quand on est peu nombreux!

    • Yetcha a trop bon goût : j’avais a-do-ré Stacking. C’était un titre super drôle de chez Double Fine 🙂 Et c’est exceptionnel qu’on ai été que 3 cette fois-ci. Certains récupèrent d’une fête qui s’est très bien passée, d’autres ont l’idée charmante de faire des enfants… Bref, des pros. 🙂

      • Ah ben c’est sûr qu’entre les enfants (j’en ai 2 de 4 et 5 ans), une femme qui déteste les jeux vidéo et le boulot, pas facile la vie! Et je confirme donc, qu’entre les jeux de voitures et Stacking, tes goûts sont affûtés et justes ;oP

  2. Final Escape, le pitch donnait méga envie, même si on avait peu d’idées sur le gameplay finalement. Il intriguait énormément ! Mais je n’avais pas de PS2, donc je ne m’y suis pas interessé 😉
    Stacking, c’est Double Fine, ils ont fait plein de trucs pendant la periode the Cave. Il y avait aussi un jeu d’aventure avec des costumes, Costume Quest que ça devait s’apeller d’ailleurs. Stacking était bien ? L’intro dans la gare m’avait un peu perdu. C’était vaste, pas très clair, et je me suis retrouvé bloqué.
    Bioshock, je te trouve dur 😉 Même si finalement j’aurais pu parler du 2 que j’ai trouvé excellent, et qui est souvent mis un peu de coté car développé par un autre studio de développement ! En revanche, le 3 m’a vraiment dégouté.
    Dishonored, pourquoi n’as tu pas aimé ? Je te demande car… j’ai laché aussi. Ca me rappelait un peu Deus Ex 2 où les petites maps proposaient énormément d’options toutes regroupées, et j’ai aussi eu du mal avec quelques pouvoirs qui se retrouvaient trop au centre du gameplay (le pouvoir pour reperer les objets en rouge par ex, resultat, on se retrouvait forcé de faire ses runs avec une vision blanc et rouge, le blink, etc.). Mais bon, je n’ai jamais reussi à vraiment définir ce qui m’avait déplu dedans de façon empirique, peu être que je n’étais pas dans un bon jour non plus. Parfois, ça arrive.

  3. Dans Stacking le principe des poupées russe m’a vraiment séduit. Bioshock, j’ai adoré le 3 justement… Celui souvent rejeté par les fans des 2 premiers. Dans Dishonored, l’approche artistique graphique ne m’a pas du tout plu, je suis resté bloqué là-dessus essentiellement, j’ai essayé d’aller au-delà mais je n’ai pas réussi, ça me sautait au visage à chaque fois, c’est quand même un peu con quand on y pense! Mais bon, quand je vois le trailer du numéro 2, j’ai tout de suite compris que je n’aimerais sûrement pas non plus car ils ont repris cette esthétique particulière, avec ces visages anguleux. C’est très subjectif évidemment. Pourtant, le choix esthétique très décrié de Mirror’s Edge par exemple, je l’adore! Les goûts et les couleurs… :oP

  4. c’est vrai que Blade Runner j’ai tjrs décroché. Après je me suis tjrs dit que je ne l’avais pas vu dans de bonnes conditions. Rien que le référentiel de l’époque est important, l’avoir vu à sa sortie, c’est conserver le souvenir de l’ébahissement de la première fois à chacune des revisions.
    Mais c’est vrai que Blade Runner est un objet culturel contemplatif et à ambiance. Et moi l’ambiance ne me met pas particulièrement à l’aise, tout comme les moments de tension ne me touchent pas forcément. Donc le film ne me transporte pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.