What the Duck 17 – Mars 2016

The Division (piou piou), Unravel (mouarf), Zelda Phantom Hourglass (hein?!), le développeur Strangethink (sdfofG%ù, ceci est un mot en procédural), la réalité virtueeeeelle (mouiii). PAS DE QUIZZ, PAS DE TOP, parce que pas de temps 🙁

Un épisode un peu long, alors même qu’on l’a désossé de la majorité de ses rubriques. Il va falloir recadrer tout ça, ça n’est pas très sérieux. En attendant, des incursions on l’espère intéressantes dans des univers très différents les uns des autres de la sphère vidéo ludique.

Bonne écoute à tous 😉

 Clic Droit/Enregistrer la cible, pour télécharger le Podcast What the Duck !

21 commentaires à propos de “What the Duck 17 – Mars 2016

  1. CHAPITRES :
    0.02.23 : Telex
    0.06.00 : La Nintendo NX
    0.09.40 : Infos réalité virtuelle du mois
    0.22.23 : Day of The Tentacle Remastered
    0.27.15 : Rumeurs…
    0.34.59 : The Division
    0.59.00 : Unravel
    1.17.07 : Zelda Phantom Hourglass
    1.37.35 : Strangethink
    1.57.00 : Feedback – The Witness
    2.07.00 : What Else

  2. Salut la bande,

    Je vous écoute depuis quelques temps déja et je dois bien avouer que j’ai une petite envie de coup de gueule (léger hein, pas de quoi se la jouer premier degré à fond, restons mesurés)

    D’abord, bravo à Patoune d’avoir tenu le coup pendant la présentation de The Division sur le podccast 17 parce que je vous ai trouvé particulièrement insupportables durant cette review et je félicite une fois de plus Patoune d’avoir tenu le coup. Vous avez gâché son développement en tournant en dérision ce pauvre bougre besogneux et le jeu en question dès que vous aviez une fenêtre…Bref, c’était assez désagréable à écouter, et il a fallu qu’il s’en sorte…..

    Allez, rien de méchant, j’apprécie beaucoup le podcast et c’est pour cette même raison que je me permets de vous donner mon avis sur ce coup la 🙂

    La bise

  3. Salut Carlopits !
    Tout d’abord merci pour ton message, c’est cool et surtout bien utile pour naviguer autrement qu’à vue 😉

    On a pris conscience aussi de ce souci, qui revient subitement sur une chronique, puis disparaît pendant 2-3 épisodes. Or, chaque chroniqueur vient de loin, prend du temps, écoute les autres, et potasse ses chroniqueurs. C’est donc assez moyen de plomber sa chronique ou de la prendre par dessus la jambe.

    Ça fait partie des points à corriger. Pour moi, ce n’est pas du mauvais esprit, c’est juste du dérapage amateur, qu’il faudrait soit faire plus finement ou avec humour, soit faire de façon plus condensée à la fin d’une chronique, si on n’est pas d’accord. Mais dans les deux cas, sans gêner le chroniqueur qui présente son titre !

  4. Salut le hommes (oui c’est vrai ça manque de voix féminines, mais nous aussi on arrive pas à recruter!).
    Une petite précision, Birdman est en 3 plans séquences, qui sont enchaînés avec trucages numériques pour ne pas voir les coupes.
    Le seul film aujourd’hui tourné en un seul grand plan séquence de 138 minutes, c’est Victoria, un drame allemand réalisé par Sebastian Schipper en 2015. Drame allemand ça ne fait pas rêver mais le synopsis à l’air sympa et la BA aussi http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19554212&cfilm=228714.html
    Je ne l’ai pas vu malheureusement mais je compte bien le faire dès que possible, rien que pour la performance de fou! 138′ en un seul plan séquence!!! La vache!!!
    Sinon le reste du podcast, toujours nickel, ras, j’ai l’impression que Patoune n’a plus de problème avec son micro, je n’entends plus le souffle désagréable qu’il y avait tout le temps dans les précédentes émissions.
    Ciao

  5. Salut Yetcha !
    Je rebondis, je pensais que c’était une douzaine, j’avais entendu ça dans un podcast. Alors à priori néanmoins, ça n’a jamais été complétement dévoilé par le réal. Enfin en tout cas, sur le net, à part des posts Reddit où les mecs cherchent eux même, pas grand chose d’officiel. Sauf si tu as une source ?

    Pour Victoria, je l’ai vu au cinéma. Alors pour les amoureux de cinéma, c’est impressionnant pour la performance technique. Suivre des règles aussi précises de cadrage, d’évolution dans un décor urbain, (rues, parcs, boites de nuit, hotel…) c’est un boulot titanesque. Après, le film a quelques longueurs, notamment au début. J’en suis sorti avec un constat mitigé, car ce n’est pas un film que l’on peut conseiller pour passer un chouette moment de cinéma détente.

    Pour les plans séquence, il y aussi The Rope (la corde) de Hitchcock. Dans les années 50. Ca raconte l’histoire (vraie) de deux étudiants qui se croyaient très malins. Et un peu jaloux d’un de leur prof, voulaient voir si ce dernier était si malin que sa réputation l’annoncait. Ils tuent l’un de leur ami étudiant, et mettent son corps dans un buffet au milieu du salon. Avant d’organiser une petite réception à laquelle est conviée le prof, joué par James Steward. Ce dernier comprendra t il au fil d’allusions, que le corps est au milieu de la salle ? Une corde négligemment oubliée sera peut être un allié utile.

    gépé

    • Hello gépé,

      Je n’ai pas de sources secrète concernant le nombre de coupes exactes, mais dans un podcast j’avais en effet entendu 2 coupes et donc 3 plans séquences.
      Je ne suis pas surpris par ton avis sur Victoria, mais rien que pour la perf technique, il faut que je le vois.
      Hitchcock, La corde, juste énorme! Je suis un gros fan d’Hitchcock (y’a-t’il des gens qui n’aiment pas ses réalisations?!?). Sur La corde, c’est un enchaînement de bobines, mais il y a eu des coupes malgré tout car un trucage était nécessaire pour faire les transitions entre les bobines qui étaient trop courtes. Le trucage été obligatoire à cause de cette limitation technique de l’époque. Et de ce fait, ce n’est pas un plan séquence unique comme Victoria.

  6. Pour La Corde, quand on y pense, même si c’est un film plutôt chouette, on se rapproche tout de même de la pièce de théâtre. Attention, ça n’enlève rien à la qualité de l’oeuvre en tant que film (12 angry men se déroule dans une salle, et il a d’inombrables qualités “filmiques”. Et de même Hitchcock apprécie particulièrement l’unité de lieu (Fenêtre sur cour, Dial M for Murder), mais ça rend l’exercice du plan séquence un peu moins périlleux. Dans Victoria, il y a un travail hallucinant de cadrage, car le cameraman est au cœur de l’action, et il y a des plans étudiés tout du long, il rentre dans des voitures, filme des fusillades, doit gérer des gens qui sortent et rentrent dans le champ, etc. Franchement, le film mérite même d’être revu pour mieux suivre cet aspect.

    Pour Hitchcock, j’ai particulièrement aimé Notorious, avec Cary Grant et Ingrid Bergman. C’est un film de ses débuts, un de ses premiers à suspense, je pense (avant, il était moins versé dans le style, même si ça transpirait déjà un peu, comme le prouvait “Rebecca”), mais propose une montée de suspense assez fantastique entre 3 personnages, autour d’un “Mc Guffin” simplissime (une bouteille, contenant un “produit”). Surement l’un des films où il a le plus pris conscience de l’utilité de cette entité au sein de l’intrigue et de l’inutilité de la décrire. Sur des situations simples et des dialogues, son art transpirait.
    As tu regardé 39 marches et Lifeboat ? Ce sont 2 que je n’ai pas vu.

    • 12 hommes en colère, je ne l’ai que récemment, ça doit faire 2-3 ans, honte à moi d’ailleurs. QUELLE CLAQUE!!! C’est juste incroyable ce film. J’aime les film en huis-clos ou presque, je trouve très intéressant d’accrocher le spectateur sur le contenu plus que sur le contenant, ce qui est souvent l’apanage du cinéma en général et ce qui paraît plutôt normal. Mes préférés d’Hitchcock sont L’ombre d’un doute, Une femme disparaît et Les 39 marches dont tu parles, il faut que tu le vois, c’est magistral! Le remake de 1959 par Ralph Thomas est également très bon, je n’ai jamais vu le remake de 1978. J’aime aussi bcp Mais qui a tué Harry? Tellement décalé dans sa filmo. Pour Lifeboat, ce n’est pas son meilleur film selon moi, mais l’approche du huis-clos est intéressante, l’enfer c’est les autres tout ça… La fin est plutôt terrible. Néanmoins, comme je te dis plus haut, ce n’est pas son meilleur film. Mais comme disait quelqu’un (je ne sais plus qui) : “Le moins bon film d’Alfred Hitchcock restera toujours meilleur que le meilleur film de n’importe quel autre réalisateur”. Ce n’est pas faux…

  7. Merci pour les compliments, c’est cool si tu aimes.
    Yao est ton voisin de bureau! Délire!!! En effet on enregistre la semaine prochaine avec lui, mais je ne le connais pas encore, c’est Mikadotwix qui le connais, de toutes façons Mikadotwix connais tout le monde! C’est moi qui hosterai cette émission. @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.