Pacific Rim

Une mise en scène soignée, voir sublime, contrebalancée par une histoire banale et des personnages fadasses (en dehors du général).
Quel dommage, ça manque d’un univers plus étoffé, d’épique, d’une quête, de personnages secondaires, d’humanité “au bord de l’exctinction”.
Alors oui, il y a des combats. Plein. On essaie de ne pas trop se poser la question sur le pourquoi de la création de ces robots géants pour combattre des lézards géants. Pour mieux savourer les mandales dans le pif. Et la plupart du temps, ça envoie, surtout lorsqu’un robot fait son super coup “poing qui se projette” ou son special “ouverture de mes pectoraux pour envoyer une salve de missiles”.
Dans ce genre d’exercice perilleux, qu’on ne peut qu’applaudir, quelques détails peuvent malheureusement faire sortir du film assez rapidement pendant les scènes de combat : un problème d’échelle fluctuante entre les mega-robots et l’environnement (parfois 30 fois plus grand qu’un building, parfois juste 2-3 fois), ainsi qu’un aspect parfois trop “organique” dans les mouvement des robots, qui perdent soudainement de leurs lourdeurs.
Mais vraiment, surtout, l’histoire est trop con.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.