It Follows

Au sein d’une petite bourgade sans soucis, un groupe de jeunes fait passer le temps.  Forcément, lorsqu’une d’entre elle se fait subitement traquer par un zombie, lent et invisible aux yeux des autres, mais décidé à la tuer à tout prix, les vacances se revèlent plus relevées que prévu. Un sujet qui rappelle fortement un épisode de la Jeunesse de Picsou, où ce dernier est poursuivi à travers le globe par un zombie vaudou. Mais ici, le gag est plus mouvementé.

Sur ce sujet où la parôle de l’héroine doit faire face à l’incompréhension de tous, « It Follows » évite néanmoins les ecoeuils du genre. Là où une réalisation classique insiste généralement sur le malaise du héros et son incapacité à convaincre les autres ou même tester le fonctionnement de l’ennemi, pour renforcer artificiellement l’angoisse, le film nous évite ici ces artifices. Ici, le groupe d’amis s’avere moins incapable et déprimant que d’habitude. Mais « It » avance, inéxorablement, et cette épée de Damoclès doublé d’une réalisation intelligente suffit à maintenir le film en haleine, malgré le groupe qui s’échine à défendre leur protegée. Tout cela donne des moments insoutenables d’attente, et un film d’1h40 qui maintient en haleine malgré un budget ridicule (2 millions de $) et très peu d’action à l’écran. Un film à suspense rare.

2 commentaires à propos de “It Follows

  1. Référence de connaisseur pour Picsou. Mais tu ne parles pas de la musique du film ? Pour une fois qu’un compositeur de jeux vidéo se fait remarquer et compose pour un long métrage. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.