Il était une fois une fois

Un drôle de film. Qui est surtout destiné à un public sachant apprécier les différences France/Belgique pour tout ce qui est culture, chants populaires, vocabulaire. Autant dire une niche.
Bon personnellement ma copine est belge et vit à Paris. Autant dire que là, on faisait partie des 0.5% de Français auxquels étaient destinés le film.
Il fallait bien ça pour se retrouver dans les discussions sur les différences entre Torchon et Serviette, pour apprécier les chants de bal de village qu’elle s’est mise à chantonner dans une salle de cinéma interloquée, et pour se satisfaire d’un cours de géographie politique sur la Belgique…

Malgré ça, le film est contre toute attente une vraie réussite comique. Le scénario ne repose sur aucun réalisme, et se permet donc d’être parfaitement logique : Le héros n’est pas recruté dans une hôtel car il est belge. Il accepte alors de s’infiltrer à une soirée de l’hôtel en se faisant passer pour le prince de Belgique, pour se venger et ainsi voler des bijoux.
On ne sait pas pourquoi il se retrouve à entraîner sa « princesse » aux belgicismes pendant une heure, ni pourquoi personne ne sent la supercherie ni pourquoi ceci, ni pourquoi cela. Finalement on s’en fout. C’est un Ocean’s Eleven à la belge, c’est drôle, ça enchaîne, et ce n’est pas trop lourd.

En plus Stéphane Bern se fait frapper à la fin, donc c’est toujours un bon moment !

Un commentaire à propos de “Il était une fois une fois

  1. Jules César
    On l’appelait Jules César
    Il mettait pas d’falzar
    Pour qu’on voie ses belles jambes
    Ses jolies jambes
    Ses jambes de Superstar
    la la la la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.